musique, lutherie déjantée

musique, lutherie déjantée

La Clinique du docteur Sifoné - Ep.3 - Qui est le petit %§@#& qui a enfoncé ce jack ?

Une fois de plus, la Clinique du docteur Sifoné a été sollicitée. Une fois encore, je me suis mis en colère (mais cool quand même) contre les mauvais traitements que certains infligent aux six-cordes....

 

Cette fois-ci, la patiente est une Ibanez Artcore series, le modèle AS 73 BS pour les fans de nomenclatures obscures et de références de catalogue, une splendide copie de Gibson ES 335 d'un joli Brown Sunburst pour les autres.

Elle est comme neuve, même si elle a passé l'âge d'être encore sous garantie. Voyez plutôt...

 

 

On m'a amené cette malade un soir où je donnais mes cours de guitare pour l’asso Héric Musique.

 

Monsieur Y (dont je tairai le nom pour des raisons d'anonymat que vous comprendrez) me présente donc l'instrument, un cadeau fait à sa femme, sauvagement agressé par son propre fils (Tu quoque, mi filii ? aurait dit Jules César).

 

Ce vilain garnement n'a rien fait d'autre que maladroitement laisser tomber la belle avec un jack branché, ce qui a eu pour conséquence ceci.

 

100_0290 (Copier).JPG

 

Crac ! C'est moche, hein ? Grrrr, je sais pas ce qui me retient de m'énerver...

 

Bon, vu les dégâts, il me semble difficile de refaire la boiserie à l'identique pour peu de frais, on va ruser un peu...

Tout d'abord, on retire tout ce qui est fracassé, et on remercie la mini perceuse pour son aide précieuse dans cette tâche minutieuse.

 

 

 

Ensuite, on mastique... meuh non, ON NE MÂCHE PAS LA GUITARE, on applique un mastic bois, une pâte à bois si vous préférez, après avoir pris soin de plaquer un mince morceau de bois à l'intérieur (ici, un fond de boîte à camembert qui a été retenu par un ingénieux système de vis retiré ensuite, merci papa) pour ne pas dégueulasser tout l'intérieur de la gratte avec des grosses bavures.

 

Une fois le mastic séché, un léger ponçage, et on repasse une couche fine de pâte à bois pour lisser le tout, puis reponçage et on refait un trou dans lequel on pourra passer la prise jack, en prenant soin de le centrer comme il faut (et là encore on dit merci la mini perceuse et ses mini-outils...).

Et une fois tout ça fait, on fixe le jack femelle sur une plaque ad hoc (ici une plaque de chez ALLPARTS), qui elle même se retrouve vissée sur l'odieux trou (et par chance, elle recouvre pile poil la vilaine blessure).

 

 

Bon, d'accord, c'est une réparation qui tient plus du pansement que de la restauration.

C'est vrai, il y a encore quelques craquelures qui se voient dans le vernis (ce qui aurait demandé quelques heures de ponçage, et de vernissage en essayant de retrouver la teinte précise du sunburst, gros travail que je ne maîtrise pas encore).

Mais c'est costaud et surtout, Monsieur Y ne va pas cramer son portefeuille, et Madame Y va pouvoir rebrancher sa guitare sur son ampli, ce qui me fait encore plus plaisir...

Par contre, je déconseille à son fils de me croiser, parce que là, je ne sais pas si j'arriverai à me retenir de lui f%£$&@!!§ une correction.

 



01/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres