musique, lutherie déjantée

musique, lutherie déjantée

Do It Yourself, mon univers électronique

Ca fait déjà un moment que je n'ai rien publié sur ce blog... Il est grand temps d'y remédier en vous présentant une autre partie de mes recherches autour de la musique et des instruments qui nous permettent d'en jouer.

Je vais vous présenter dans cet article quelques instruments électroniques "maison", partant de jouets détournés ou de schémas de synthétiseurs trouvés sur la toile.

Cet instrumentarium ne me sert pour l'instant que très peu, pas trop le temps, mais un projet musico-sonore est en train de s'élaborer avec des amis... Plus de nouvelles plus tard, en attendant, visitons un peu le musée des horreurs.

 

Tout d'abord, je vous présente Synthia, hexa-oscillateur à ondes carrées ( keeewaaaa?), en gros un synthé dont chaque bouton produit une note, toutes ces notes se mélangeant vers une seule sortie (prise jack). Les sons produits vont d'une onde carrée assez agréable à entendre jusqu'à des souffles métalliques sursaturés... Je m'en sers souvent couplé à une pédale de trémolo, qui m'offre la possibilité de pulser le son produit.

 

 

Dans le rayon synthé home-made, voici le Résidrum (Rési-dus et Drum-tambour), un artefact de percussions électroniques inspiré par Eric Archer et son "mini space rocker". On trouve ici 4 de ces engins passant à la moulinette d'un ampli à base de LM386... tout n'est pas encore au point notamment l'étage ampli qui mérite qu'on lui donne de nouveaux potars et une vérification de circuit pour le correcteur de tonalité qui ne fonctionne pas. La prise de téléphone incluse sur le tableau de bord permet de déporter l'ensemble "pads/baguettes" sur d'autres contacteurs plus "visuels" ou pratiques.

 

 

Le Baby-Terror, qui n'est ni plus ni moins qu'un Lumivox (instrument créé par Reed Ghazala), petit synthé très très simple réagissant à la lumière. On peut jouer sur deux registres de voix, en changeant le branchement du câble reliant le boîtier à l'une des orbites du poupon... Le capteur de lumière est dans le pied relié à l'autre orbite. On en joue avec toutes sortes de sources lumineuses (tv, led...).

 

 

Toujours dans la boutique synthés, on trouve aussi le Synth/A/Seq (et non pas 5 à 7) qui allie une Atari Punk Console (synthé DIY très connu des amateurs du genre) couplé à un séquenceur à 8 pas donnant la possibilité de programmer une cellule mélodique et/ou rythmique. Le boîtier actuel est un peu cheap, mais en attendant de trouver la super belle valisette où je pourrais le caser, ça fait bien l'affaire)

 

 

Maintenant, on se dirige vers le magasin de jouets... Ayant découvert le "circuit-bending" par le truchement d'un camarade musicien il y a 4 ou 5 ans, je me suis un peu intéressé au détournement de circuits de jouets électroniques, avec il faut bien le dire, plus ou moins de succès. A franchement parler, je n'ai pas poussé très loin le sujet mais assez tout de même pour vous présenter deux trois bricoles dont je suis assez fier.

 

 

Le Crazy Driver, à l'origine, un volant pour enfant sur lequel on pouvait faire jouer huit sons de sirènes (pompiers,police, ambulance), moteur, bip de recul etc... Après modification du circuit, il ne rentrait plus dans son boîtier d'origine, d'où le côté un peu détonateur pour bombe terroriste de l'engin.

 

 

Winnie the Poonk, simple ajout d'une disto-fuzz à un jouet Winnie l'Ourson (arraché sur un livre de chansons pour les petits, le tout installé confortablement dans une boîte en métal), il délivre des sons de percussion proches du hard tek.

 

 

Le RésiPiano (Rési-dus encore), un mini piano trouvé sur un vide grenier et transformé par l'ajout de quelques composants supplémentaires. Il permet de jouer des mélodies, soit juste soit faux, avec trois types de sons différents.

 

 

Le IwasaMiniPiano, qui ne se joue plus vraiment comme un piano (les touches ne font plus do ré mi fa sol... mais plutôt do ou do dièse, au choix). Les quelques court-circuits imposés à la machine permettent de l'utiliser comme un oscillateur constant ou bien comme une boîte à glitches. Des points de contact tactile avec le circuit permettent de varier les hauteurs de sons ainsi que leurs vitesses. Frayeurs assurées pour les non-connaisseurs !!!

 

 

Voilà ! le tour est terminé pour aujourd'hui... Et il n'y aurait pas un petit son de tout ça pour écouter ? Comme je l'ai écrit en début d'article, c'est en projet... Patience donc.



16/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres