musique, lutherie déjantée

musique, lutherie déjantée

Lutherie Zétrange

vous trouverez ici divers instruments

créés par détournement d'objets usuels,

de déchets ou de circuits électroniques


Triangle électrique... épisode 5 : ouf ! ça marche !!!

Après de looooooongues recherches pas très utiles, j'ai finalement demandé conseil auprès de DocPlus sur Audiofanzine, j'ai enfin compris pourquoi ça ne voulait pas marcher.

Le micro était mort, et à vrai dire je le pressentais déjà un peu. Donc changement de micro (par chance un pote m'en a filé deux il y a peu), test au multimètre pour m'assurer que je vais pas être forcé d'y revenir encore, puis soudure et branchement...

Diiiing ! L'ampli me confirme que tout est en ordre. Je remonte le tout dans son boîtier, sans omettre d'ajouter une terre au circuit, je rattache le triangle sous le micro.

C'est formidable, c'est incroyable et pourtant c'est authentique... le triangle électrique est né !

 

 

 


Le Fer à Repasser les Tympans par kroutetkwac


15/10/2012
0 Poster un commentaire

Triangle électrique... épisode 4 : les galères

Hé oui, la lutherie sauvage, c'est aussi et parfois des galères (souvent) du genre ah tiens ! ça marche pas ! ou bien pourquoi y a pas de son qui sort ? Les premiers tests sont flagrants, il y a un truc qui coince... autant le principe fonctionne bien quand on frappe le triangle au dessus d'un micro de guitare, autant là, il ne se passe rien.

Je redémonte donc la machine, et vais à la recherche du pourquoi que ça veut pas marcher comme ça devrait, rogntudjuuu drrogntudjuh !!!

Le schéma de câblage est comme ceci :

 

 

Après de nombreuses vérifications sur internet, je n'ai pas trouvé de solution pour l'instant... à priori ça a même l'air correct ?

 

Suspense et boules coco...


12/10/2012
0 Poster un commentaire

Triangle électrique... épisode 3

Lors des épisodes précédents : Kelly est hyper triste car elle a appris par Nancy qui l'a su par Jenny que Gary la trompe avec Fifi, le yorkshire de Candy. Wendy de son côté part en vacances à la mer avec Jody et Samy pour oublier le vacarme incessant du tumulte de la vie...

 

 

Bon maintenant qu"on a tous les morceaux, y a plus qu'à les assembler, les coller, les ajuster au ponçage pour obtenir une joile boîte.

 

 

 

Puis reponcer encore finement... et passer une couche de truc - personnellement, j'ai opté pour un mélange de pigments et de cire d'abeille pour "teinter" légèrement le bois - pour fignoler l'aspect.

 

Le temps de faire sécher la colle du boîtier, je récupère le micro et ses composants annexes et ressoude un câblage au bonnes dimensions.

 

 

Et je réinstalle le tout dans son nouvel habitacle.

 

 

 

Il ne manque alors plus que deux petits crochets (ici deux pitons fermés), un peu de ficelle et on harnache le triangle au plus près du micro sans qu'il y ait contact, et voilà !

 

La boutique Ben Sifoné vous présente

 

LE FER A REPASSER LES TYMPANS

 

 

Et prochainement... une petite vidéo de démonstration de l'instrument.

 


10/10/2012
0 Poster un commentaire

Triangle électrique... le chantier débute !

Eh bien voilà, j'en parlais précédemment, le temps de cogiter un peu à la façon dont j'allais lui donner forme, le design, l'ergonomie tout ça tout ça... j'ai commencé hier à construire un triangle électrique.

Il me faudra quelques heures de boulot, je pense, pour aboutir à quelque chose de fonctionnel et agréable à regarder mais ça ne me fait pas peur du tout.

 

Côté outillage, je vais avoir besoin de peu de choses : une perceuse, une scie à chantourner ou une scie sauteuse avec une lame pour des coupes courbes à petit rayon (because petit objet et donc petites coupes), du papier de verre et de la colle à bois, ainsi qu'un fer à souder, une pompe à dessouder et un tournevis. Passons aux fournitures...

 

Pour commencer, il me faut du bois, quelques éléments pas trop grands, juste de quoi faire un support pour accrocher le triangle et contenir la partie micro de l'engin. J'opte pour un morceau de sapin et quelques bouts de contreplaqué fin récupérés sur une vieille armoire.

 

 

 

Ensuite il faut évidemment un ... triangle ! J'ai eu celui-ci pour une dizaine d'euros dans mon magasin de musique préféré (le vendeur m'a fait une belle ristourne, merci beaucoup). Il est assez grand, de couleur dorée et sonne déjà pas mal, alors amplifié...

 

 

Et enfin, puisqu'on parle d'amplifier l'objet, un micro de guitare électrique sera nécessaire. Pas besoin de chercher puisqu'Oliver m'a donné une vieille pelle cassée à cette fin (récup du micro, potard de volume et prise jack). Et un ampli pour les tests, cela va de soi.

 

 

Bon, maintenant que tout est réuni, y a plus qu'à s'y mettre...

 

D'abord, traçage de la base du support sur une planche de sapin, celle-ci servira à fixer le triangle, et le micro y sera inséré, donc il faut prévoir un trou assez important.

 

 

Une fois le traçage effectué, il faut ouvrir. C'est donc muni d'une vrille/râpe à bois que je perce les quatre coins de mon ouverture pour le micro, je finis la découpe à la scie sauteuse

 

 

Après avoir découpé deux lames de contreplaqué, j'entame le collage du boîtier qui habillera le dessus de cette planchette et accueillera l'électronique (potard et prise jack). Désolé, je n'ai pas toutes les photos (je suis plus à mes bricoles que derrière l'appareil ;) ! ).

 

 

Pour le couvercle, j'ai opté pour une poignée "vintage" du plus bel effet...

 

 

Vient ensuite le ponçage de la boîte, en vue d'égaliser les bords et d'y coller le couvercle...

 

 

...et les dernières retouches pour le support : découpe plus "esthétique", et réalisation d'un cache micro (j'ai comme par hasard fait une découpe trop grande dans mon support et le cache micro d'origine passe au travers !!! ;P )

 

 

Bon, je n'ai plus qu'à démonter la guitare et en extraire la substantifique moëlle de notre nouvel instrument... et peaufiner l'assemblage. Suite au prochain épisode !


08/10/2012
0 Poster un commentaire

Nouveau projet instrumental : un triangle électrique

Lors d'un concert arrosé à Guéméné-Penfao, Mimi Jaja (la bière elle aime ça) m'a demandé si il était possible de lui fabriquer l'instrument de musique dont elle rêve secrètement depuis longtemps...

Je lui ai répondu "Pourquoi pas ? C'est quoi que tu voudrais ?", à quoi elle me répond "un triangle électrique ! Pour le brancher sur un gros ampli et vriller les oreilles du public avec un DIIIIING!".

Mon sang n'a fait qu'un tour, enfin un défi à relever, ni une ni deux, j'accepte.

Après plusieurs réflexions (comment électrifier un triangle, est ce qu'une cellule piezo fera l'affaire, comment la fixer au triangle, en fait c'est pas ça qu'il me faut, etc...), j'en suis arrivé au constat que ce serait moins simple que je l'imaginais, et puis, PAF ! l'éclair de génie. Un triangle c'est quoi ? Une tige métallique pliée en triangle et qui vibre, un peu comme une corde de guitare électrique en somme.

J'ai donc récupéré un micro de guitare électrique, avec sa prise jack et son potard de volume, réuni quelques morceaux de bois histoire de réhabiller tout ça... et il ne me manque plus que l'essentiel : le triangle.

Le projet est en cours de dessin, car je veux lui donner une forme aisément manipulable, et justement je cale un peu sur le design à lui donner (je pensais à un pistolet auquel le triangle serait suspendu pointe en bas pour éviter qu'il tourne).

N'hésitez pas à me faire part de vos idées, elles seront de toute façon bienvenue.

Vous imaginez ce truc là, avec une pédale de disto branchée dessus ? Moi j'en rêve désormais régulièrement


15/08/2012
0 Poster un commentaire

Do It Yourself, mon univers acoustique

Bon, vous avez déjà pu voir deux ou trois instruments acoustiques de mon cru, mais j'en avais caché plein d'autres...

Mes bricoles se sont souvent orientées autour des instruments à cordes (quoi de plus naturel pour un guitariste ?), même si j'ai fait quelques escapades dans le monde de la percussion ou des instruments à vent. Petit tour du propriétaire.

 

 

 

La contrebasse électro-acoustique (A), un simple manche de bois avec trois cordes nylon (en câble de débroussailleuse) dont le son est repris par un capteur piezo (vous savez, mon copain le capteur piezo).

Il suffit donc de brancher l'instrument sur un ampli pour retrouver le son grave et velouté de la contrebasse.

 

Le violoncelle à deux cordes (B), sur le même principe que la contrebasse, un manche et un capteur piezo. Par contre les cordes sont métalliques et jouées à l'archet.

 

Le Banjitare (C et ci-dessous), croisement improbable entre l'envie d'un banjo à quatre cordes et un manche de guitare folk récupéré dans une poubelle. Là aussi, un capteur piezo sous le chevalet permet de repiquer le son...

 

 

Le dulcimer-bonbon (D), entièrement fait main avec deux ou trois morceaux de bois, une boîte de caramels et une fourchette, totalement acoustique, il peut être joué à l'archet, au doigt ou au médiator. Le son produit n'est pas très puissant, mais qu'importe pourvu qu'on puisse en tirer quelque mélodie.

 

 

Passons au domaine des percussions, pour lesquelles j'ai beaucoup d'affection aussi (eh oui, taper sur des trucs bruyants ça défoule !)

 

 

Les Wood-Bongos(1), recyclage d'une paire de bongos dont les fixations et tendeurs de peau étaient fusillés. On enlève tout ce qui est superflu, et on remplace les peaux animales par un contreplaqué de 3mm d'épaisseur bien collé et le tour est joué.

 

Le tongue-drum (tambour à langues)(2), que vous avez pu entendre ici.

Le principe est le même que pour un xylophone, des lames de bois de tailles différentes, à ceci près qu'ici, les lames sont dégagées dans un seul bloc de bois et tenues par une extrémité.

On peut jouer avec des mailloches en caoutchouc, ou en bois, ou encore directement avec les doigts (pour des sons plus doux).

 

La kalimba (3), ou sanza, ou piano à pouces, les lames sont tirées de vieux essuie-glaces usagés, une boîte à thé joue le rôle de résonateur, donnant au passage un aspect vibrant un peu métallique.

 

Côté vents, j'ai aussi essayé quelques trucs, pas toujours probants, les plus convaincants étant souvent les instruments à embouchure (cor, trombone à coulisse...), les plus affreux ceux à hanche (type basson, bombarde ou sax...).

 

 

Voilà, c'est un petit tour non-exhaustif de mes créations luthières. Suite dans un prochain épisode...


16/03/2012
0 Poster un commentaire

Do It Yourself, mon univers électronique

Ca fait déjà un moment que je n'ai rien publié sur ce blog... Il est grand temps d'y remédier en vous présentant une autre partie de mes recherches autour de la musique et des instruments qui nous permettent d'en jouer.

Je vais vous présenter dans cet article quelques instruments électroniques "maison", partant de jouets détournés ou de schémas de synthétiseurs trouvés sur la toile.

Cet instrumentarium ne me sert pour l'instant que très peu, pas trop le temps, mais un projet musico-sonore est en train de s'élaborer avec des amis... Plus de nouvelles plus tard, en attendant, visitons un peu le musée des horreurs.

 

Tout d'abord, je vous présente Synthia, hexa-oscillateur à ondes carrées ( keeewaaaa?), en gros un synthé dont chaque bouton produit une note, toutes ces notes se mélangeant vers une seule sortie (prise jack). Les sons produits vont d'une onde carrée assez agréable à entendre jusqu'à des souffles métalliques sursaturés... Je m'en sers souvent couplé à une pédale de trémolo, qui m'offre la possibilité de pulser le son produit.

 

 

Dans le rayon synthé home-made, voici le Résidrum (Rési-dus et Drum-tambour), un artefact de percussions électroniques inspiré par Eric Archer et son "mini space rocker". On trouve ici 4 de ces engins passant à la moulinette d'un ampli à base de LM386... tout n'est pas encore au point notamment l'étage ampli qui mérite qu'on lui donne de nouveaux potars et une vérification de circuit pour le correcteur de tonalité qui ne fonctionne pas. La prise de téléphone incluse sur le tableau de bord permet de déporter l'ensemble "pads/baguettes" sur d'autres contacteurs plus "visuels" ou pratiques.

 

 

Le Baby-Terror, qui n'est ni plus ni moins qu'un Lumivox (instrument créé par Reed Ghazala), petit synthé très très simple réagissant à la lumière. On peut jouer sur deux registres de voix, en changeant le branchement du câble reliant le boîtier à l'une des orbites du poupon... Le capteur de lumière est dans le pied relié à l'autre orbite. On en joue avec toutes sortes de sources lumineuses (tv, led...).

 

 

Toujours dans la boutique synthés, on trouve aussi le Synth/A/Seq (et non pas 5 à 7) qui allie une Atari Punk Console (synthé DIY très connu des amateurs du genre) couplé à un séquenceur à 8 pas donnant la possibilité de programmer une cellule mélodique et/ou rythmique. Le boîtier actuel est un peu cheap, mais en attendant de trouver la super belle valisette où je pourrais le caser, ça fait bien l'affaire)

 

 

Maintenant, on se dirige vers le magasin de jouets... Ayant découvert le "circuit-bending" par le truchement d'un camarade musicien il y a 4 ou 5 ans, je me suis un peu intéressé au détournement de circuits de jouets électroniques, avec il faut bien le dire, plus ou moins de succès. A franchement parler, je n'ai pas poussé très loin le sujet mais assez tout de même pour vous présenter deux trois bricoles dont je suis assez fier.

 

 

Le Crazy Driver, à l'origine, un volant pour enfant sur lequel on pouvait faire jouer huit sons de sirènes (pompiers,police, ambulance), moteur, bip de recul etc... Après modification du circuit, il ne rentrait plus dans son boîtier d'origine, d'où le côté un peu détonateur pour bombe terroriste de l'engin.

 

 

Winnie the Poonk, simple ajout d'une disto-fuzz à un jouet Winnie l'Ourson (arraché sur un livre de chansons pour les petits, le tout installé confortablement dans une boîte en métal), il délivre des sons de percussion proches du hard tek.

 

 

Le RésiPiano (Rési-dus encore), un mini piano trouvé sur un vide grenier et transformé par l'ajout de quelques composants supplémentaires. Il permet de jouer des mélodies, soit juste soit faux, avec trois types de sons différents.

 

 

Le IwasaMiniPiano, qui ne se joue plus vraiment comme un piano (les touches ne font plus do ré mi fa sol... mais plutôt do ou do dièse, au choix). Les quelques court-circuits imposés à la machine permettent de l'utiliser comme un oscillateur constant ou bien comme une boîte à glitches. Des points de contact tactile avec le circuit permettent de varier les hauteurs de sons ainsi que leurs vitesses. Frayeurs assurées pour les non-connaisseurs !!!

 

 

Voilà ! le tour est terminé pour aujourd'hui... Et il n'y aurait pas un petit son de tout ça pour écouter ? Comme je l'ai écrit en début d'article, c'est en projet... Patience donc.


16/03/2012
0 Poster un commentaire

le guitouki, ou la bouzoutare, à vous de voir...

...ou comment du contenu de plusieurs poubelles temporellement et géographiquement éloignées on peut trouver de quoi faire sonner des cordes.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2011/08/520173/artfichier_520173_447456_201202020854988.jpg

 

 

 

Il y a maintenant un bon moment, un ami connaissant mon goût pour les recyclages musicaux m'a offert une épave de guitare acoustique, un modèle de luthier de 1931 venant de Mirecourt... totalement ruiné par les outrages du temps et du manque de soin.

Les cordes étaient le dernier lien entre le manche et la caisse de résonance, la table d'harmonie fracassée, plus de chevalet et un sillet hors service, la touche vrillée de la 12ème à la 18ème frette. Un vrai délice ! mais ne sachant trop qu'en faire à ce moment là, je l'ai accrochée dans mon entrée, histoire de faire une déco destroy.

 

Puis à Noël dernier, ma chérie m'a offert une scie à chantourner, avec laquelle j'ai pu construire le tongue drum de mon dernier article (bonne année vidéo). Chemin faisant, je me suis donc dit que j'allais peut-être essayer de ressuciter cette vieille guitare,enfin du moins d'en faire quelque chose de jouable.

 

Tout d'abord, élimination de l'inutile : adieu caisse de résonance pétée, adieu table d'harmonie. Seul le manche est récupérable, les mécaniques fonctionnent encore et malgré leur tête bizarre, elles ont l'air solides.

 

Ensuite que faire ? c'est bien beau un bout de bois déjà tout prêt mais il me faut un corps quelconque à assembler avec. Et puis avec le temps, peut-être que le manche a faibli un peu, et que les six cordes d'une guitare vont lui sembler rudes.

 

Au lieu de six cordes, je vais plutôt en mettre six, enfin trois cordes doublées, accordées en MI SI MI ou RE LA RE, un truc du genre bouzouki ou dulcimer, avec des cordes fines, la tension sera sans doute plus faible qu'avec les trois grosses cordes graves de la guitare.

 

Pour le corps, j'ai bien envie de garder l'idée acoustique de l'instrument, de faire une vraie caisse de résonance, en bois, enfin en contreplaqué, j'en ai récupéré du très fin (3mm) en grande plaque, et aussi du plus costaud (5mm) en grandes chutes.

 

La forme de la caisse s'inspire du strumstick (instrument diatonique triangulaire et élancé) et des guitares de voyage, à cela près que je me suis servi de la forme également triangulaire du talon du manche pour profiler ma caisse, qui par donc d'un triangle pour se terminer en trapèze.

Les éclisses et le fond sont en contreplaqué de 5mm, et la table (en bas de l'article, admirez la rosace chantournée et design, à la fois image de tradition et de modernimse) en 3 mm. l'extrémité large de la caisse est faite avec une latte épaisse de sommier Iképrout, récupérée à la poubelle comme tout le reste.

 

J'ai d'abord vissé et collé les éclisses sur le manche, puis ajouté de la même façon le bout épais. Une fois la colle séchée, j'ai sorti une grande cale de ponçage et j'ai nivelé tout l'assemblage, j'ai rajouté des renforts collés pour venir poser le fond et la table.

 

Pour ces deux derniers, j'ai procédé à un barrage, collage de barres de renforts intérieurs en forme de lame (enfin dans une guitare, perso, ce sont de tout petits tasseaux carrés de 6x6mm). Et c'est là que je pense avoir merdé, enfin j'm'en fous un peu à vrai dire, mais j'ai d'abord collé le fond, collé ses barrages une fois le fond posé. Puis j'ai installé les barrages de la table sur la caisse pris un peu en force et collés vaguement, et puis j'ai beurré le tout de cole à bois et j'ai posé la table d'harmonie. Du coup le collage est pas super, et ça s'entend un peu quand je m'excite un peu trop sur l'instrument (petit grésillement, sorte de pédale de distorsion acoustique intégrée pour faire plus rock'n'roll).

 

Ensuite, colmatage de toutes les petites rainures aux angles de la caisse de résonance et ponçage jusqu'à ce qu'on ne sente plus de différence entre le fond les éclisses et la table.

 

Le chevalet et le sillet ont été délignés dans un tasseau de hêtre et façonnés à la scie à chantourner, le cordier quand à lui, provient toujours de la vieille épave de guitare.

Et le tout fini à l'huile de lin.

 

En attendant une petite vidéo de démonstration, je vous fais au moins voir la bête, j'ai pas pris le temps de la photographier pendant sa création, voilà simplement le résultat final.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2011/08/520173/artfichier_520173_447450_201202020505314.jpg

 

Après quelques recherches sur le net, j'ai pu constater que mon instrument était assez proche du bouzouki turc (même accordage, même nombre de cordes, manche chromatique).
Et c'est vrai que le son invite au voyage...
En vous souhaitant une bonne fin de semaine...https://www.blog4ever-fichiers.com/2011/08/520173/artfichier_520173_447448_201202020504507.jpg
 
https://www.blog4ever-fichiers.com/2011/08/520173/artfichier_520173_447455_201202020854524.jpg

01/02/2012
0 Poster un commentaire

Klaxophone... première !

Enfin des sons et des images....

Le Klaxophone était présent lors du festival Cours et Jardins à Guéméné-Penfao.

Le clavier n'a pas encore toutes ses notes, quelques trucs ne marchent pas et sont à vérifier, mais l'idée est là.

Voici un petit remontage de la performance qui fut trop courte à mon goût.

 

 

 

 


klaxophone-happening 1 par kroutetkwac

 

 

Bon visionnage, et mettez le son à fond pour plus de réalisme.

 

 


12/10/2011
3 Poster un commentaire

Klaxophone, nouvelles images

La suite de notre travail autour du klaxophone,toujours en cours de construction...

 

 

Deux nouveaux klaxons pas tout neufs, un peu de lumière...

 

 

Artwork sur klaxon par Cyril, le king de la grignoteuse à tôle...

 

 

Le câblage... pas des plus évidents mais on va s'en sortir avec des petites étiquettes pour  repérer chaque note et lumière.

 

 

La bête en pied, plus que quelques raccords... une batterie et ce sera prêt.

 

Voilà c'est tout pour aujourd'hui... à bientôt !


04/10/2011
0 Poster un commentaire